Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

6. Éducation du public

Page controls

Page content

La CODP a pour mandat d'organiser des activités d'éducation du public visant à promouvoir une meilleure compréhension des principes fondamentaux des droits de la personne, de même qu'un respect volontaire des dispositions du Code.

La CODP reconnaît les effets positifs que peuvent avoir les activités d'éducation sur l'élimination de la pratique de MGF. C'est pourquoi elle est bien déterminée à collaborer avec des membres et des organisations des communautés à risque, ainsi qu'avec d'autres organismes du secteur public, dans les limites de ses attributions et des ressources à sa disposition, en vue d'élaborer des activités d'éducation du public concernant la MGF. Les efforts de la CODP à cet égard et ceux des communautés touchées et des organismes concernés contribueront à créer un climat propice à inciter les personnes en cause à abandonner cette pratique, sans aucunement porter atteinte à la dignité ou à l'identité culturelle des communautés visées.[48]

Un autre document, intitulé La mutilation génitale féminine : questions et réponses est consultable sur le site Web de la CODP à http://www.ohrc.on.ca/fr/resources/guides/fgm.


[48] Lors du congrès de l'Association canadienne des commissions et conseils des droits de la personne (ACCCDP) en juin 1995, la Comission a déposé la résolution ci-après qui a été adoptée à l'unanimité :

LES DROITS UNIVERSELS DE LA PERSONNE ET LA PROTECTION DES FEMMES

ATTENDU QUE le Canada a signé plusieurs instruments internationaux prévoyant le respect et la protection des droits fondamentaux des femmes et des enfants;

ET ATTENDU QUE le Canada participe à une intitiative internationale visant à mettre fin aux mutilations sexuelles féminines;

ET ATTENDU QUE les Canadiens et Canadiennes s'alarment de savoir que des femmes et des jeunes filles résidant habituellement au Canada sont soumises à des mutilations sexuelles;

QU'IL SOIT RÉSOLU QUE L'ACCCDP recommande au ministre de l'Emploi et de l'Immigration de veiller à ce que toutes les personnes désireuses d'émigrer au Canada soient informées de l'engagement pris par le Canada de veiller à l'application de ces instruments internationaux en matière de droits de la personne, en insistant sur le fait que la protection et le respect des droits de la personne, et notamment la protection des femmes et des enfants contre tout acte susceptible de porter gravement atteinte à leur personne, y compris les mutilations sexuelles féminines, sont deux pierres d'assise de la société canadienne, et qu'elles soient bien avisées que les pratiques telles que les mutilations sexuelles féminines constituent une activité criminelle au sens du Code criminel du Canada.

Book Prev / Next Navigation