Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Rapport annuel 2007-2008

Page controls

Page content

Message de la commissaire en chef

Le 27 juin 2008

Le dernier exercice de la Commission ontarienne des droits de la personne marque le début de la transition vers un nouveau système de protection des droits de la personne en Ontario. Notre travail a été et continue d’être axé surtout sur l’édification de la « nouvelle Commission ». À mesure que change notre mandat et que se poursuit la transformation, nous restructurons la Commission pour la préparer à son nouveau rôle. Notre nouveau plan stratégique, qui sera publié cette année, nous aidera à établir les priorités sur lesquelles concentrer nos efforts. Nous avons déjà une longue liste de choses à accomplir!

Nous devrons établir clairement ce que nous pouvons réaliser dans les limites de nos ressources et choisir avec soin les activités qui auront les effets les plus bénéfiques sur les personnes les plus vulnérables de notre société.

Pour avoir une idée de nos activités futures, il suffit de faire le survol des projets réalisés cette année. Par exemple, « Pêcher sans crainte », le rapport de l’enquête sur les agressions contre les pêcheurs canadiens d’origine asiatique, est le fruit d’un partenariat étendu réunissant des groupes communautaires, des organismes de maintien de l’ordre, le gouvernement provincial, des municipalités et les médias. Nous avons travaillé ensemble pour comprendre la nature véritable du problème, puis pour élaborer des solutions. Cette initiative n’était pas uniquement le projet de la Commission, c’était le projet de « tout le monde ».

De la même façon, notre rapport sur le logement locatif et les droits de la personne, qui sera bientôt publié, est le fruit de vastes consultations auprès de particuliers, de groupes et de collectivités partout en Ontario. Nous avons créé une tribune permettant aux gens de s’exprimer et de partager leurs expériences et leurs inquiétudes, de dégager des thèmes et de recommander des solutions, et de prendre des mesures collectives à l’échelle de la province.

Tant « Pêcher sans crainte » que la consultation sur le logement illustrent l’accent accru que met la Commission sur son rôle de catalyseur d’un dialogue ouvert et d’un changement constructif. Tout au long de l’exercice, nous avons favorisé un débat franc et respectueux sur certaines questions susceptibles de susciter des réactions positives et négatives. Donnons-en pour exemples nos discussions continues sur l’islamophobie, la liberté d’expression et le rôle des médias dans la formation des perceptions du public, ou sur la vérification des dossiers de la police et l’effet que cette pratique peut avoir sur les personnes ayant un trouble de santé mentale, ainsi que sur le profilage racial.

Ce ne sont là que quelques-unes des questions « épineuses » que nous devons tous examiner. Nous avons pour mandat de les mettre en lumière et de promouvoir un débat positif pour amorcer le changement.

Au cours du prochain exercice, nous concentrerons nos efforts sur les questions systémiques de vaste portée ou d’intérêt public, et nous collaborerons avec les collectivités pour définir des solutions pour toute la population de la province. Nous avons procédé ainsi lorsque nous avons travaillé avec les fournisseurs de services de transport en commun de tout l’Ontario. Nous avons mis à profit une décision du Tribunal pour veiller à ce que toutes les personnes handicapées aient le même accès aux transports en commun à l’échelle de la province.

Une part importante de ce travail consistera à jeter les assises de nouveaux partenariats. Signe prometteur, nous profitons déjà de nombreux partenariats fructueux. Par exemple, depuis maintenant trois ans, nous travaillons avec des étudiants du Collège Seneca pour créer des campagnes de publicité sur les droits de la personne. Les œuvres graphiques portant sur le thème de cette année, la transformation du système de protection des droits de la personne, illustrent la couverture et d’autres pages du présent rapport annuel.

L’importance des partenariats tient à une raison fort simple : nous ne pouvons réussir seuls. Pour faire progresser les droits de la personne, la Commission doit travailler avec les collectivités, les gouvernements, le secteur privé et les particuliers de toute la province pour veiller à ce que tous les Ontariens et toutes les Ontariennes bénéficient véritablement des droits qui sont garantis sur papier.

Nous ne pourrions avoir entrepris, ni poursuivi cette année, cette transformation sans la contribution du personnel de grand talent de la Commission, qui a continué à faire un excellent travail malgré les changements. Certains employés nous ont quittés, mais j’espère avoir le plaisir de travailler encore avec eux alors qu’ils poursuivent leur engagement à l’égard des droits de la personne dans de nouveaux rôles au sein du gouvernement et de la collectivité.

J’ai bénéficié de l’appui dynamique des membres de la Commission qui apportent à tous nos travaux leur expérience, leur savoir et leur ferveur. Leur vision positive du nouveau système est une source d’inspiration.

Je remercie les membres du personnel, mes collègues les commissaires et le grand nombre de personnes et de groupes de toute la province qui ont travaillé sans répit pour faire progresser les droits de la personne. Les activités présentées dans ce rapport témoignent de ce type d’action collective, qui sera le fondement de nos activités à venir tandis que se poursuit notre transformation.

La commissaire en chef,

Barbara Hall, BA, LL.B, Ph.D (hon)

Documents joints

Fichier attachéTaille
PDF icon Rapport annuel 2007-20082.1 Mo

Book Prev / Next Navigation