Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Mauvais traitements et négligence envers les personnes âgées

Page controls

Page content

En mars 2000, la Commission des droits de la personne du Québec a tenu des audiences publiques sur le mauvais traitement des personnes âgées dans les résidences privées et les centres publics de soins de longue durée. Les infirmières de cette province ont signalé que les gens âgés qui vivent en maisons de soins infirmiers sont souvent attachés à leur lit, victimes d’intimidation et de menaces, délaissés et maltraités tant physiquement que sexuellement.[66]      

Le mauvais traitement des personnes âgées et le problème des maisons de soins infirmiers non réglementées préoccupent aussi l’Ontario. Une Table ronde sur la prévention des mauvais traitements à l’égard des personnes âgées a été formée pour élaborer un programme provincial destiné à lutter contre les mauvais traitements infligés aux personnes âgées. Les membres de la Table ronde se sont réunis pour la première fois en décembre 1999. La Table ronde se compose de 20 leaders d’opinion et personnes âgées influentes provenant de divers secteurs où des personnes âgées peuvent être maltraitées. Ce groupe est chargé de conseiller le gouvernement sur la mise au point d’une stratégie multidimensionnelle mettant l’accent sur la formation des professionnelles et des professionnels ainsi que du personnel de première ligne, la sensibilisation accrue du public et l’amélioration de la coordination des services au sein de la collectivité.

Comme pour les autres problèmes sociaux vécus par les personnes âgées, il n’y a rien d’étonnant dans le fait qu’on attribue le mauvais traitement des personnes âgées aux attitudes de la société. Un expert a décrit en termes très clairs la situation et les mesures à prendre pour y remédier : 

Les mauvais traitements infligés aux personnes âgées en Ontario sont attribuables en grande partie à l’âgisme, c’est-à-dire une perception fortement ancrée voulant que toutes les personnes de plus de 65 ans soient frêles, dépendantes et désormais incapables de contribuer à la société…

Le gouvernement doit entreprendre un vaste programme d’éducation du public pour s’attaquer aux causes profondes du mauvais traitement des personnes âgées sous toutes ses formes et faire obstacle aux stéréotypes négatifs qui légitimisent le mauvais traitement des personnes âgées.

Jusqu’à ce que les aînés soient pleinement reconnus comme des personnes ayant les mêmes besoins et les mêmes droits humains que les autres citoyennes et citoyens, le mauvais traitement des personnes âgées va persister – que ce soit à la maison, dans la collectivité ou dans un établissement.[67] [Traduction]


[66] « Seniors routinely neglected, abused: Nurses – Quebec hospitals and homes must change, commission hears », The Toronto Star (9 mars 2000).
[67] Lettre à la rédaction, « Prejudice allows abuse to flourish », de B. Burns, prés. du comité sur les questions relatives au vieillissement, L’Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l’Ontario.

 

 

Book Prev / Next Navigation