Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Annexe 1 : Glossaire des termes relatifs aux droits de la personne

Page controls

Page content

Accessibilité : terme général utilisé pour décrire la facilité avec laquelle les personnes handicapées peuvent obtenir, utiliser et exploiter quelque chose (p. ex., un appareil, un service ou un environnement). Le terme implique une planification, une conception et/ou un effort réfléchis afin de supprimer les obstacles pour les personnes handicapées. L’accessibilité profite également à la population dans son ensemble, car elle rend les choses plus pratiques et plus faciles à utiliser pour tous, y compris les personnes âgées et les familles avec de jeunes enfants.

Accessible : qui ne présente aucun obstacle pour les personnes handicapées. Peut se dire d’un objet que l’on peut facilement atteindre ou obtenir, d’un établissement auquel on peut facilement accéder, ou de l’information que l’on peut facilement comprendre.

Action positive : ensemble des mesures destinées à pallier les désavantages historiques subis par des groupes définis (p. ex., les femmes, les personnes racialisées) en accroissant leur représentation dans l’emploi et/ou l’enseignement supérieur.

Activités haineuses : commentaires ou actes visant une personne ou un groupe, fondés sur des partis pris, des préjugés ou de la haine à l’égard de la race, de l’ascendance, de l’origine ethnique ou nationale, de la langue, de la couleur, de la religion, du sexe, de l’âge, d’un handicap mental ou physique, de l’état matrimonial,
de l’état familial, de l’orientation sexuelle ou de tout autre motif similaire. Les activités haineuses comprennent, entre autres, les crimes haineux, la propagande haineuse, l’encouragement au génocide, les communications téléphoniques ou électroniques incitant à la haine, ainsi que les démonstrations de haine par le biais d’affiches, d’écriteaux, d’insignes ou d’emblèmes.

Affirmation de son identité : processus qui dure souvent toute une vie et qui consiste à découvrir, à définir et à proclamer sa sexualité (généralement non hétérosexuelle).

Afro-Canadien, Afro-Canadienne : Canadien ou Canadienne d’origine africaine ou dont les ancêtres sont Africains.

Âgisme : discrimination fondée sur l’âge.

Aîné, aînée : homme ou femme reconnu(e) dans la collectivité autochtone pour sa sagesse, son don de guérison et/ou ses qualités de chef spirituel.

Allié, alliée : membre d’un groupe dominant qui lutte pour l’élimination de l’oppression.

Antillais, Antillaise : personne originaire des Antilles ou ayant des ancêtres issus de pays comme la Barbade, la Grenade, le Guyana, la Jamaïque et Trinité-et-Tobago.

Appareil ou accessoire fonctionnel : appareil visant à aider les personnes, notamment les personnes handicapées, à effectuer une tâche. Il s’agit, par exemple, d’un fauteuil roulant, d’un réservoir d’oxygène personnel, d’un appareil acoustique, d’un dispositif électronique d’adaptation ou d’une alarme d’urgence visible.

Atmosphère de travail empoisonnée : atmosphère négative, hostile ou déplaisante sur le lieu de travail découlant de commentaires ou d’un comportement qui tendent à rabaisser un groupe identifié par un ou plusieurs motifs illicites en vertu du Code des droits de la personne, même s’ils ne visent pas une personne en particulier. Il suffit
d’un seul commentaire ou acte ou d’une seule remarque pour empoisonner l’atmosphère au travail.

Audisme : idée selon laquelle une personne est supérieure en raison de sa capacité à entendre ou à agir comme une personne qui entend.

Autochtones : nom collectif qui désigne les premiers peuples d’Amérique du Nord et leurs descendants. La Constitution canadienne (la Loi constitutionnelle de 1982) reconnaît trois groupes de peuples autochtones : les Premières Nations, les Métis et les Inuits, chaque groupe se distinguant des autres par son patrimoine, ses langues, ses pratiques culturelles et ses croyances spirituelles.

Bande : groupe de membres des Premières Nations à l’usage et au profit communs desquels des terres ont été mises de côté, dont le gouvernement canadien détient des sommes d’argent ou que le gouverneur en conseil a déclaré être une bande aux termes de la Loi sur les Indiens. Chaque bande possède son propre conseil de bande, qui joue un rôle de direction et qui est généralement formé d’un chef et de nombreux conseillers. Le chef et les conseillers sont élus par les membres de la communauté ou, à l’occasion, choisis selon la coutume de la bande. Les membres de la bande partagent généralement des valeurs, des traditions et des pratiques issues de leur patrimoine ancestral. De nos jours, de nombreuses bandes préfèrent être appelées Premières Nations.

Biracial : qui possède des ancêtres issus de deux groupes raciaux.

Bisexuel, bisexuelle : personne qui est attirée émotionnellement, physiquement, spirituellement et/ou sexuellement par les membres de plus d’un sexe.

Bispirituel, bispirituelle : d’après les enseignements ancestraux, les personnes « bispirituelles » étaient considérées comme ayant un don parmi tous les êtres parce qu’elles possédaient deux esprits : un esprit masculin et un esprit féminin. On raconte que les femmes participaient aux guerres de clans et épousaient d’autres femmes et que certains hommes épousaient d’autres hommes. Dans bien des cas, ces personnes étaient considérées comme un troisième sexe et dans presque toutes les cultures, elles étaient honorées et vénérées. De nos jours, le terme désigne les hommes gais, les lesbiennes, les bisexuels, les transgenres, les personnes appartenant à un autre genre et les personnes du troisième/quatrième genre d’origine autochtone qui traversent délicatement les frontières des mondes et des genres.

Blanc, Blanche : personne appartenant à l’un des groupes ayant une couleur de peau claire, généralement d’origine européenne. Le terme est devenu moins un indicateur de la couleur de peau qu’une caractéristique racialisée.

Caractéristiques : traits ou attributs personnels.

Compétence culturelle : capacité d’interagir efficacement avec des personnes de cultures différentes, en particulier dans le cadre des ressources humaines, des organismes sans but lucratif et des organismes gouvernementaux dont les employés travaillent avec des personnes d’origines culturelles ou ethniques variées. La compétence culturelle comprend quatre éléments :

  1. prise de conscience de sa propre vision culturelle du monde
  2. comportement face aux différences culturelles
  3. connaissance des différentes pratiques culturelles et visions culturelles du monde
  4. compétences interculturelles.
  5. Renforcer la compétence culturelle donne la capacité de comprendre les personnes de toutes les cultures, ainsi que de communiquer et d’interagir efficacement avec elles.

Conception inclusive : prise en compte des différences entre les personnes et les groupes lorsque l’on conçoit quelque chose (p. ex., système, installation, programme, politique, curriculum) pour éviter de créer des obstacles.

Conseil de bande : organisme administrateur de la bande. Il est généralement composé d’un chef et de conseillers élus pour un mandat de deux ou trois ans (en vertu de la Loi sur les Indiens ou de la coutume de la bande) afin de s’occuper des affaires de la bande, notamment l’éducation, les services d’égouts et d’approvisionnement en eau, les services de protection contre les incendies, les règlements administratifs, les édifices communautaires, les écoles et les routes, ainsi que d’autres services ou affaires communautaires.

Coutume : pratique traditionnelle. Par exemple, les conseils de bande choisis « selon la coutume » sont élus ou sélectionnés par des moyens traditionnels, plutôt que selon les règles d’élection énoncées dans la Loi sur les Indiens.

Culture : coutumes, croyances, comportements et/ou réalisations d’une époque et/ou d’un peuple donnés; comportement au sein d’un groupe donné.

Déficience cognitive : voir « handicap ».

Déficience intellectuelle : déficience caractérisée par des limitations importantes du fonctionnement intellectuel (raisonnement, apprentissage, résolution de problèmes) et du comportement adaptatif (compétences sociales et pratiques quotidiennes). Certaines personnes peuvent naître sans cette déficience et la développer plus tard
au cours de la vie, en raison d’une maladie ou d’un accident.

Désavantage historique : désavantage découlant de formes historiques, institutionnalisées ou autres de discrimination systémique, notamment des formes
de discrimination sociale, politique, culturelle, ethnique, religieuse et économique légalisée, ainsi que des formes de discrimination dans l’emploi. Le terme englobe
aussi la sous-représentation subie par les groupes défavorisés comme les femmes,
les Autochtones, les personnes handicapées, les personnes LGBT et les personnes racialisées.

Dimensions de la diversité : caractéristiques personnelles uniques qui nous distinguent en tant que personnes et en tant que groupes. Les dimensions de la diversité comprennent l’âge, le sexe, l’identité sexuelle, la race, l’ethnicité, les capacités physiques et intellectuelles, la classe, les croyances, la religion, l’orientation sexuelle,
la formation et le savoir-faire.

Discrimination fondée sur la capacité physique, ou « capacitisme » : attitudes sociales qui dévalorisent les personnes handicapées et limitent leur potentiel. Selon
ce système de croyances, les personnes handicapées sont moins dignes de respect et de considération; elles sont moins aptes à contribuer et à participer à la société, et ont moins de valeur que les autres. Le capacitisme peut s’exercer de façon consciente ou inconsciente, et fait partie intégrante des institutions, des systèmes ou de la culture générale de la société.

Discrimination systémique : comportements, politiques ou pratiques qui font partie des structures sociales ou administratives d’une organisation et dont l’ensemble crée ou perpétue une situation de désavantage relatif pour les personnes visées par les motifs prévus par le Code des droits de la personne.

Discrimination : fait de traiter une personne injustement, soit en lui imposant des fardeaux, soit en l’empêchant d’avoir accès aux privilèges, aux bénéfices ou aux avantages offerts à d’autres, en raison de sa race, de sa citoyenneté, de son état familial, d’un handicap, de son sexe ou d’autres caractéristiques personnelles (remarque : il ne s’agit pas d’une définition légale).

Diversifié : qui est composé de plusieurs types, formes, caractères, etc.; varié.

Diversité : présence d’un large éventail de qualités humaines et d’attributs dans un groupe, un organisme ou une société. La diversité comprend des facteurs tels que l’âge, le sexe, la race, l’ethnicité, les capacités physiques et intellectuelles, la religion, l’orientation sexuelle, la formation et le savoir-faire.

Droits contradictoires : terme désignant des situations dans lesquelles des parties à un conflit prétendent que le fait qu’une personne ou qu’un groupe exerce des libertés ou des droits protégés par la loi constitue une atteinte aux droits et libertés d’autres personnes.

Effet défavorable : le résultat d’une action ou d’une situation qui nuit à une personne. Dans certains cas, traiter toutes les personnes de la même façon peut avoir un effet défavorable sur certaines personnes.

Égalité des chances : principe selon lequel tout le monde peut accéder et participer
à tout ce qu’un organisme peut offrir, sur un même pied d’égalité et sans rencontrer d’obstacles. L’égalité des chances ne se limite pas à l’emploi.

En questionnement : qui est en train d’explorer son identité sexuelle, de réfléchir à l’éducation, aux attentes des autres (famille, amis, église, employeurs, etc.) et à sa motivation profonde.

Équitable : juste ou caractérisé par l’équité ou la justice. Un traitement équitable est parfois différent d’un traitement égal.

Équité salariale : principe selon lequel on verse un salaire égal pour un travail de valeur égale. L’équité salariale prend notamment la forme d’une obligation de verser aux hommes et aux femmes travaillant au sein d’un même organisme le même salaire pour un travail jugé de même valeur.

Équité : justesse, impartialité. Processus distinct consistant à accepter les différences inhérentes à des groupes de personnes afin d’assurer l’égalité dans tous les aspects de la vie d’une personne.

Est-Asiatique : personne dont la descendance, le patrimoine et la culture proviennent de plusieurs pays et régions d’Asie orientale, comme le Cambodge, la Chine, la Corée, Hong Kong, l’Indonésie, le Japon, le Laos, Macao, la Malaisie, les Philippines, Singapour, Taïwan, la Thaïlande et le Vietnam.

Ethnicité : sentiment de partager une tradition culturelle et historique distincte, souvent associée à la race, au lieu d’origine, à la descendance ou aux croyances.

Exclusion : fait de refuser de donner accès à un endroit, un groupe, un privilège, etc.

Fierté (lorsque le terme est appliqué à la communauté LGBT) : fait de ne pas avoir honte de soi et/ou de montrer sa fierté aux autres en affirmant son identité, en marchant lors des défilés de la fierté gaie, et en étant honnête et à l’aise avec son identité.

Francophone (définition inclusive) : personne qui a une connaissance particulière du français comme langue officielle et qui utilise le français à la maison, y compris les personnes dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais.

Gai : personne qui éprouve une attirance physique, romantique et/ou émotionnelle durable envers des personnes du même sexe. Également employé comme terme générique pour désigner la communauté des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT).

Genre : classification sociale des personnes en êtres masculins et/ou féminins.

Handicap : il existe deux façons de concevoir le handicap.

La première consiste à définir le handicap comme l’affection médicale d’une personne. De ce point de vue, le handicap englobe un large éventail d’états de divers degrés, dont certains sont visibles et d’autres non. Un handicap peut exister dès la naissance, être causé par un accident ou apparaître avec le temps. Il peut s’agir notamment d’une incapacité physique, mentale ou cognitive, d’une difficulté d’apprentissage, d’un trouble mental, d’une déficience auditive ou visuelle, de l’épilepsie, de la toxicomanie, de l’alcoolisme ou de la sensibilité à des facteurs environnementaux.

Une approche plus récente consiste à ne plus voir le handicap comme l’affection d’une personne. Une personne ayant une affection médicale n’est pas nécessairement dans l’impossibilité (ou dans l’incapacité) de prendre pleinement part à la société. En effet, lorsque la société est conçue de manière accessible et inclusive, les personnes handicapées n’ont souvent aucun souci d’intégration. De ce point de vue, le handicap est un problème qui se pose lorsque l’environnement d’une personne n’est pas adapté à ses capacités.

Harcèlement : s’entend de commentaires ou de gestes dont on sait ou devrait raisonnablement savoir qu’ils sont déplacés. Il peut s’agir de paroles ou de gestes dont on sait ou devrait savoir qu’ils sont offensants, embarrassants, humiliants, dégradants ou déplacés. Le Code des droits de la personne de l’Ontario interdit le harcèlement fondé sur les motifs illicites/protégés (voir la définition de ce terme).

Hétéro : personne attirée physiquement, affectivement ou émotionnellement par les personnes de sexe différent. Voir « Hétérosexuel ».

Hétérosexisme : hypothèse selon laquelle l’hétérosexualité est un état supérieur et préférable et que c’est la seule expression correcte, normale ou morale de la sexualité. Cette définition sert souvent dans un contexte de discrimination contre les personnes gaies, lesbiennes et bisexuelles qui s’exerce de façon moins ouverte et qui peut être non intentionnelle et non consciente de la part de la personne ou de l’organisme qui commet l’acte de discrimination.

Hétérosexuel, hétérosexuelle : personne qui éprouve une attirance émotionnelle, physique, spirituelle et/ou sexuelle envers des personnes du sexe opposé.

Homophobie : aversion, crainte ou haine irrationnelle à l’égard des personnes et communautés gaies, lesbiennes ou bisexuelles, ou à l’égard de comportements étiquetés comme « homosexuels ».

Homosexuel, homosexuelle : personne qui éprouve une attirance émotionnelle, physique, spirituelle et/ou sexuelle envers des personnes de même sexe. Ce terme,
à connotation médicale, est considéré comme dépassé et souvent insultant pour de nombreuses personnes et communautés gaies.

Identité sexuelle : sentiment conscient de la masculinité et de la féminité. Ce sentiment d’identité est différent du sexe biologique.

Inclusion : fait d’apprécier et d’utiliser nos différences uniques (points forts, talents, faiblesses) de manière à respecter la personne et à créer une organisation multidimensionnelle dynamique.

Indien : terme employé pour désigner les personnes que le gouvernement canadien reconnaît comme ayant un statut d’Indien, c’est-à-dire les personnes qui appartiennent à une bande identifiable, vivent ou sont nées sur une réserve et/ou sont reconnues en vertu d’un ensemble complexe de règles aux termes de la Loi de 1985 sur les Indiens. Ce terme n’inclut pas les Inuits ou les Métis. Il existe trois catégories d’Indiens au Canada : les Indiens inscrits, les Indiens non inscrits et les Indiens visés par un traité. Remarque : De nombreuses personnes trouvent le terme d’« Indien » désuet, et on utilise généralement « membre des Premières Nations » à la place.

Indien inscrit : personne reconnue par le gouvernement fédéral comme inscrite en vertu de la Loi sur les Indiens.

Indigène : terme généralement employé dans un contexte international pour désigner les personnes originaires d’une terre ou d’un pays particuliers. Ce terme est très proche du terme « Autochtone » et comporte une connotation positive.

Intergénérationnel : qui existe ou se produit entre différentes générations de personnes; qui implique plus d’une génération.

Intersexué : qui est né avec des organes génitaux non identifiés ou mal identifiés. Autrefois improprement appelées « hermaphrodites », les personnes intersexuées ne peuvent pas être facilement définies comme « hommes » ou « femmes » en raison de l’ambiguïté de leurs organes génitaux. La plupart des personnes intersexuées ne possèdent pas un sexe masculin et un sexe féminin; elles possèdent plutôt un mélange des deux, ou une apparence différente que de nombreux docteurs ont du mal à classer.

Inuits : Autochtones qui habitent l’Arctique canadien, principalement le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest, et les régions septentrionales du Labrador et du Québec. Le mot « Inuit » signifie « peuple » en inuktitut, la langue inuite. D’ailleurs, le mot « Inuit » est le pluriel de « Inuk », même si en français, « Inuit » s’emploie comme nom propre singulier. Les langues, coutumes et cultures traditionnelles des Inuits sont nettement différentes de celles des Premières Nations et des Métis.

Invalidité : trouble physique, sensoriel, intellectuel, médical ou lié à l’apprentissage, y compris les troubles mentaux, qui limite le fonctionnement et/ou exige l’adoption
de mesures d’adaptation. L’invalidité peut être visible, cachée, héritée, auto-infligée ou acquise et peut exister seule ou en combinaison avec d’autres invalidités. Elle peut toucher n’importe qui (indifféremment du sexe, de la race, de la culture, de la religion, des croyances, etc.).

Lesbienne : femme qui éprouve une attirance émotionnelle, physique, spirituelle et/ou sexuelle envers d’autres femmes.

LGBT : acronyme de lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres. L’acronyme « GLBT » est également employé. L’acronyme « LGBTTIQQ2A » (lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, transsexuels, intersexués, queer, en questionnement, bispirituels et alliés) englobe également la diversité au sein de la communauté trans et allosexuelle.

Loi de 2001 sur les personnes handicapées de l’Ontario (LPHO) : loi obligeant les ministères, les municipalités et les organismes du secteur public comme les sociétés de transport, les hôpitaux et les conseils scolaires à élaborer un plan d’accessibilité annuel permettant de repérer, de supprimer et de prévenir les obstacles à l’accessibilité dans de nombreux domaines.

Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO) : le but de la LAPHO est d’établir, de mettre en œuvre et de faire appliquer des normes d’accessibilité afin d’éliminer les obstacles qui empêchent les Ontariennes et les Ontariens handicapés d’accéder, d’ici le 1er janvier 2025, aux biens, aux services, aux installations, au logement, à l’emploi, aux édifices, aux structures et aux locaux. La LAPHO est entrée en vigueur le 4 juin 2005.

Loi sur les Indiens : loi canadienne qui a d’abord été adoptée en 1876, puis modifiée plusieurs fois, le plus récemment en 1985. Elle prévoit certaines obligations du gouvernement fédéral et régit la gestion des terres des réserves indiennes, l’argent des Indiens et d’autres ressources.

Lutte contre le racisme et l’oppression : processus de changement actif et constant visant à éliminer le racisme individuel, institutionnel et systémique, ainsi que l’oppression et l’injustice causées par le racisme.

Média substitut ou format de substitution : méthode de communication qui tient compte du handicap d’une personne. Il s’agit, par exemple, d’une version texte d’un site Web ou d’une version en gros caractères d’un document à l’intention d’une personne malvoyante.

Mérite : fait de choisir un candidat qui remplit les critères de sélection liés à un poste, c’est-à-dire dont les compétences, les connaissances, l’expérience et la capacité correspondent au niveau requis pour le poste ou la mission en question. Les critères fondés sur le mérite peuvent comprendre des connaissances et des expériences uniques liées à la diversité.

Métis : terme français qui signifie « de sang mixte ». La Constitution canadienne reconnaît les Métis comme étant l’un des trois peuples autochtones. Le terme sert à décrire de façon générale les personnes qui ont à la fois des ancêtres européens et des ancêtres des Premières Nations et qui s’identifient elles-mêmes comme des Métis, distincts des Indiens, des Inuits et des non-Autochtones.

Motifs illicites/protégés : le Code des droits de la personne de l’Ontario interdit la discrimination et le harcèlement fondés sur des caractéristiques personnelles. Les motifs protégés comprennent l’âge, l’ascendance, la citoyenneté, la couleur, la croyance, le handicap, l’origine ethnique, l’état familial, l’identité sexuelle et l’expression de l’identité sexuelle (récemment ajoutées au Code), l’état matrimonial, le lieu d’origine, la race, le sexe (y compris la grossesse), l’orientation sexuelle, l’état d’assisté social (dans le logement) et l’existence d’un casier judiciaire (dans l’emploi).

Multiracial : dont le patrimoine comprend des membres issus de plusieurs groupes raciaux.

Noir, Noire : construit social désignant les personnes qui ont une couleur de peau foncée et/ou d’autres caractéristiques racialisées connexes. Ce terme est devenu moins un indicateur de la couleur de peau qu’une caractéristique racialisée. Les sociétés diversifiées appliquent différents critères pour déterminer qui est Noir.

Obligation d’adaptation ou obligation d’accommodement : en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario, les personnes visées par les motifs du Code ont droit aux mêmes possibilités et avantages que les autres. Dans certains cas, elles peuvent avoir besoin d’arrangements spéciaux ou « mesures d’adaptation » pour pouvoir participer pleinement à tous les domaines sociaux couverts par le Code, notamment l’emploi, le logement et l’éducation. Les employeurs, fournisseurs de logements et autres parties responsables en vertu du Code ont l’obligation légale de tenir compte des besoins des groupes protégés par le Code, à moins de pouvoir démontrer que les mesures d’adaptation entraîneraient un préjudice injustifié (compte tenu du coût, des sources extérieures de financement et des exigences en matière de santé et de sécurité).

Obstacle systémique : obstacle inhérent aux structures sociales ou administratives d’un organisme, y compris l’accessibilité physique d’un organisme, les politiques, pratiques et processus décisionnels internes, ou la culture d’entreprise. Bien que ces obstacles systémiques semblent neutres en apparence, ils peuvent avoir pour
effet d’exclure les groupes protégés en vertu du Code des droits de la personne.

Obstacle : toute chose qui empêche une personne de participer pleinement à toutes les facettes de la société. S’entend notamment d’un obstacle physique ou architectural, d’un obstacle lié à la communication ou à l’accès à l’information, d’un obstacle comportemental, économique ou technologique, d’une politique ou d’une pratique.

Organisme culturellement compétent : organisme qui fait preuve de compétences culturelles, tant dans ses systèmes que dans le comportement de ses membres.

Orientation sexuelle : intérêt ou attirance sexuels d’une personne. Caractéristique personnelle qui fait partie de l’identité d’une personne. L’orientation sexuelle désigne tout l’éventail de la sexualité humaine et s’applique à l’orientation gaie, lesbienne, bisexuelle et hétérosexuelle.

Parti pris : prédisposition, préjugé ou généralisation sur un groupe de personnes en fonction de caractéristiques personnelles ou de stéréotypes.

Personne de couleur : terme inclusif qui englobe un large éventail de groupes sociaux, notamment les Asiatiques, les Autochtones, les Latinos et les Noirs.

Personnes handicapées : personnes ayant un ou plusieurs handicaps de longue durée ou récurrents (voir « Handicap »).

Pouvoir : accès à des privilèges comme de l’information ou des connaissances, des relations, de l’expérience et du savoir-faire, des ressources et du pouvoir décisionnel afin d’améliorer les chances qu’a une personne d’obtenir ce dont elle a besoin pour mener une vie confortable, sûre, productive et agréable.

Préjugés : idées, notions ou sentiments préconçus négatifs sur une autre personne ou un groupe de personnes en fonction de caractéristiques perçues.

Première Nation : terme entré dans l’usage au cours des années 1970 pour remplacer le mot « Indien ». Même si le terme « Première Nation » est largement répandu, il n’en existe aucune définition légale. Certaines communautés ont aussi adopté le terme « Première Nation » dans leur nom pour remplacer le terme « bande ». De nombreuses personnes préfèrent qu’on les désigne comme des « membres des Premières Nations » plutôt que par le terme « Indiens ». Le terme « membres des Premières Nations » s’emploie pour désigner tant les Indiens inscrits que non inscrits. Ce terme est rarement employé comme synonyme d’« Autochtone » parce qu’il n’inclut pas les Inuits ou les Métis.

Privilège : pouvoir, avantages, accès et/ou occasions non mérités dont bénéficient les membres du ou des groupes dominants dans la société. Ce terme peut également désigner le privilège relatif d’un groupe par rapport à un autre.

Profilage racial : toute action fondée sur des stéréotypes concernant la race, la couleur, l’ethnicité, l’ascendance, la religion ou le lieu d’origine, ou une combinaison de ces facteurs, plutôt que sur un soupçon raisonnable dans le but d’isoler une personne à des fins d’examen ou de traitement particulier.

Queer : terme argotique autrefois péjoratif utilisé pour désigner les personnes LGBT. Certains membres de la communauté LGBT ont adopté et réinventé ce terme pour en faire un identifiant positif et un signe de fierté lorsqu’ils parlent d’eux-mêmes et qu’ils discutent entre eux. Terme équivalent : allosexuel.

Race : la race n’existe pas; il s’agit plutôt d’un « construit social ». En d’autres termes, la société crée des idées de race en fonction de facteurs géographiques, historiques, économiques, sociaux et culturels ainsi que de traits physiques, bien qu’aucun de ces éléments ne puisse légitimement être utilisé pour classer les groupes de personnes. Voir « Racialisation ».

Racialisation : processus par lequel les sociétés assoient la notion que les races sont bien réelles, différentes et inégales, de façons qui importent pour la vie sociale, économique et politique.

Racisme : conviction selon laquelle un groupe est supérieur ou inférieur à un autre. Le racisme peut être manifesté ouvertement lors de plaisanteries à caractère racial, d’insultes ou de crimes motivés par la haine. Il peut aussi être enraciné plus profondément dans les attitudes, les valeurs ou les idées reçues. Dans certains cas,
les personnes ne se rendent même pas compte qu’elles ont ces convictions. Ces idées sont, en fait, des hypothèses qui ont évolué au fil du temps et sont devenues partie intégrante des systèmes et des institutions.

Sectarisme : intolérance, attitude négative ou stéréotypes liés, entre autres, aux croyances, à la race et à l’orientation sexuelle d’une personne.

Sexe biologique : classification biologique des personnes en hommes et/ou en femmes. En général, un médecin détermine le sexe à la naissance, en évaluant visuellement l’anatomie externe. Les catégories de sexe sont « homme », « femme »
et « intersexué ».

Sexisme : discrimination fondée sur le sexe.

Statut d’Indien : statut juridique d’une personne en tant qu’« Indien », tel que le définit
la Loi sur les Indiens (voir « Indien inscrit »).

Stéréotype : idée erronée fondée sur la race, la couleur, l’origine ethnique, le lieu d’origine, la religion, etc. Le stéréotypage comporte généralement l’attribution des mêmes caractéristiques à tous les membres d’un groupe, en gommant leurs traits individuels. Ce procédé se fonde souvent sur des idées erronées, une information incomplète et/ou de fausses généralisations.

Sud-Asiatique : personne née ou résidant dans le sous-continent indien, notamment en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, au Sri Lanka et au Népal.

Technologies d’adaptation ou technologies adaptées : produits qui aident les personnes (notamment les personnes ayant une déficience visuelle ou auditive ou à mobilité réduite) qui ne peuvent pas utiliser les versions traditionnelles de ces produits.

Traitement égal : un traitement qui aboutit à des résultats identiques même si, dans certains cas, la forme que prend le traitement lui-même est différente. Par exemple, pour accorder un traitement égal à tous les élèves en ce qui concerne l’accès à leur école, il sera peut-être nécessaire d’installer une rampe pour les élèves handicapés.

Transgenre ou trans : personne dont l’identité sexuelle ne correspond pas au sexe biologique qui lui a été assigné à la naissance.

Transsexuel, transsexuelle : personne qui a été définie à la naissance comme appartenant à un sexe, mais qui s’identifie différemment. Les transsexuels peuvent chercher à suivre un traitement médical pour que leur corps corresponde à l’identité qu’ils ressentent, comme un traitement hormonal, une inversion sexuelle chirurgicale
ou d’autres interventions. Bien que le terme « transsexuel » soit adopté par certaines personnes comme un signe d’identité, il est rejeté par d’autres et devrait être employé avec prudence.

Sources du glossaire

  • Cadre d’action 2008 : Un Ontario diversifié, une fonction publique diversifiée
  • 2— Spirits (www.2spirits.com)
  • Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de
    l’Ontario
    (LAPHO)
  • Charte canadienne des droits et libertés
  • Commission canadienne des droits de la personne
  • Le Canadian Oxford Dictionary
  • Site de l’Université Carleton, « Equity Services », définitions
  • Centre du leadership et de l’apprentissage, module d’apprentissage en ligne « Comment puis-je vous aider? Comment accueillir les clients handicapés »
  • Code criminel du Canada
  • Loi de 1995 sur l’équité en matière d’emploi
  • Ministère des relations avec les Premières Nations et les Métis, gouvernement de la Saskatchewan
  • Université Gallaudet, « FAQ: Audism »
  • Intersex Society of North America
  • Ministère des Affaires autochtones
  • Loi de 2001 sur les personnes handicapées de l’Ontario (LPHO)
  • Commission ontarienne des droits de la personne
  • Politique opérationnelle d’égalité des chances de la FPO
  • « Lexique de la diversité et de l’inclusion de la FPO », Bureau de la diversité
    de la FPO, ministère des Services gouvernementaux
  • Glossaire du Réseau de la Fierté de la FPO
  • Loi de 1990 sur l’équité salariale
  • Actes de l’International Conference on Low Vision, Espagne, 1998
  • Alliance de la Fonction publique du Canada
  • The Inclusion Breakthrough: Unleashing the Real Power of Diversity, Frederick A. Miller et Judith H. Katz
  • Université de Rhode Island, Office of Affirmative Action, Equal Opportunity
    and Diversity
  • Warry, W., Ending Denial: Understanding Aboriginal Issues, University of Toronto Press, p. 9, 2008
  • Bureau de santé publique de Wellington-Dufferin-Guelph
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS)

 

Book Prev / Next Navigation