Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

La Commission met en place une nouvelle ressource pour les droits de la personne et la santé mentale

Page controls

Janvier 25, 2011

Page content

La Commission ontarienne des droits de la personne a de graves préoccupations concernant le degré de discrimination que subissent les personnes ayant des déficiences mentales dans des domaines comme l’emploi, le logement et les services. Faire de la discrimination à l’égard d’une personne parce qu’elle a une déficience mentale ou une accoutumance constitue une violation du Code des droits de la personne de l’Ontario.

Pour cette raison, nous avons considéré que la santé mentale est une priorité essentielle, et nous avons consulté la collectivité afin d’élaborer un plan en matière de droits de la personne et de santé mentale pour orienter nos activités. Nous avons également publié sur notre site Web une nouvelle section qui rassemble de l’information sur les droits de la personne et la santé mentale en Ontario. Cette ressource donne un aperçu du plan de la Commission en matière de santé mentale; elle explique les droits des personnes qui ont des déficiences mentales et des accoutumances, et comporte des conseils sur la façon dont les employeurs, les fournisseurs de logements et les fournisseurs de services peuvent assumer leurs responsabilités prévues par le Code, y compris l’obligation de prendre des mesures d’adaptation.

« Les attitudes sociales négatives et les inégalités systémiques, comme la pauvreté et le manque d’accès à un traitement et à des services, constituent des obstacles pour les personnes qui ont des déficiences mentales, en particulier lorsqu’elles essaient de trouver du travail ou un logement, a déclaré la commissaire en chef Barbara Hall. La Commission est déterminée à travailler avec ses partenaires et des membres de la collectivité pour éliminer cette discrimination. »

En plus de notre consultation, la Commission a présenté des observations au ministère de la Santé et des Soins de longue durée au sujet de sa stratégie décennale pour la santé mentale, et nous mettons sur pied un partenariat avec la Commission de la santé mentale du Canada. Nous avons porté des cas devant le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario pour protéger les droits des personnes qui ont des déficiences mentales et des accoutumances, et nous avons travaillé avec des groupes communautaires et avec la police sur la question des vérifications de casiers judiciaires qui peuvent entraîner de la discrimination envers des personnes appréhendées en application de la Loi sur la santé mentale.

Dans le cadre de notre plan en matière de santé mentale, la Commission publiera une politique sur les droits de la personne et la santé mentale à l’automne 2011.