Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Un demi-siècle de droits de la personne

Page controls

Page content

Le 15 juin marquait le 50e anniversaire du Code des droits de la personne de l’Ontario, le premier code de ce genre au Canada. Pour célébrer cet événement important, nous avons collaboré avec nos partenaires de tout l’Ontario à une rétrospective des droits de la personne au cours des 50 dernières années et à l’élaboration d’une vision des droits de la personne pour l’avenir. Dans le cadre de nos activités, nous avons préparé une plaque commémorative et lancé le projet de proclamation en collaboration avec des municipalités de l’Ontario.

Proclamé en 1962, le premier Code des droits de la personne interdisait la discrimination fondée sur la race, la croyance, la couleur, la nationalité, l’ascendance et le lieu d’origine en matière d’écriteaux, de services, d’installations, de logements publics, d’emploi et d’association syndicale. Au cours du demi-siècle suivant, beaucoup de collectivités et de particuliers ont milité en faveur de l’interdiction d’autres motifs de discrimination, comme le sexe, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle et l’expression de l’identité sexuelle. Aujourd’hui, la discrimination systémique est également interdite.

Je suis psychologue et avocate. Au début des années 1960, lorsque j’ai annoncé aux doyens de la faculté de psychologie et de la faculté de droit que j’avais l’intention de m’inscrire à leurs programmes, ils m’ont donné ce genre de réponses : « Pourquoi accepterions-nous de gaspiller une place dans un programme de deuxième cycle pour une femme? Vous allez vous marier, avoir des enfants et rester à la maison », ou « Pourquoi souhaitez-vous étudier le droit – vous y seriez la seule femme », ou encore « Même si nous vous acceptons, personne ne vous engagera, si ce n’est peut-être pour préparer le café dans l’arrière-salle »

- Barbara Landau, coprésident, Canadian Association of Jews and Muslims

Création d’une plaque

La CODP a collaboré avec la Fiducie du patrimoine ontarien pour créer une plaque commémorative, qui a été dévoilée lors d’une célébration spéciale organisée le 15 juin à la Hart House de l’Université de Toronto. Au nombre des conférenciers invités figuraient des visionnaires des droits de la personne comme Bromley Armstrong, Alan Borovoy, l’honorable Jean Augustine et Tom Symons. La plaque sera érigée à l’extérieur de l’édifice Whitney de Queen’s Park, entre le Cabinet du Premier ministre et le Bureau du Conseil des ministres.

Aujourd’hui, un locateur ne peut plus dire une telle chose ouvertement, ni un employeur. Dans ces cas-là, on se demandait toujours si c’était de notre faute, on se remettait en question – cette personne avait le droit de dire : « Je ne vous donne pas cet emploi à cause de qui vous êtes ». En effet, il était assez évident qu’en disant que je n’avais pas le bon profil, elle voulait en fait dire que ma race, ma couleur ou mon sexe – je ne sais pas – ne convenait pas dans cette entreprise.

-  L’Hon. Jean Augustine, commissaire à l’équité de l’Ontario
Un emploi, un logement, mais pas pour vous

Nous avons examiné le passé avant de nous tourner vers l’avenir

Les célébrations se sont poursuivies en octobre 2012 lors d’un événement d’une journée organisé en collaboration avec la Fiducie du patrimoine ontarien. Plusieurs centaines de personnes ont fait un retour sur l’histoire des droits de la personne et mené des discussions de groupe sur le chemin à faire « dans les 50 prochaines années ». Cet événement, qui incluait aussi une salle d’exposition du travail d’organisations communautaires œuvrant dans le domaine des droits de la personne, donnait aux futurs leaders des droits de la personne l’occasion d’interagir avec des vétérans de longue date du domaine.

Je trouve que ce manque d’information des jeunes constitue une sorte de torture psychique. Quand vous ne connaissez pas l’existence des personnes qui pourraient devenir vos héros, vous prenez pour modèles celles que vous voyez à la télévision, alors que ce ne sont vraiment pas des exemples à suivre.

- Delorean Klien, coordonnateur du marketing, Ontario Black History Society
Nous avons besoin de connaître l’histoire des héros noirs

Le projet de proclamation

Les municipalités jouent souvent un rôle indispensable dans la promotion des droits de la personne et la création d’environnements équitables, où chacun peut travailler, recevoir des services et bénéficier des avantages qu’offre la collectivité. C’est la raison pour laquelle nous avons invité chaque municipalité de l’Ontario à proclamer la semaine du 11 au 15 juin Semaine du Code des droits de la personne de l’Ontario ou le 15 juin, Journée du Code des droits de la personne de l’Ontario. La proclamation d’une journée ou d’une semaine du Code des droits de la personne a permis aux municipalités d’encourager tous les résidents à réfléchir aux progrès accomplis en 50 ans et du chemin qu’il reste à faire.

La réaction des municipalités a été extrêmement positive. En effet, plus de 80 municipalités ont proclamé la journée ou la semaine du Code des droits de la personne. Plusieurs municipalités ont également discuté de l’anniversaire du Code lors de réunions de leur conseil municipal.

« Les municipalités fournissent des services directs qui touchent la vie des habitants au sein de leur foyer et de leur collectivité. Elles sont souvent le premier palier de gouvernement à observer des obstacles ou de la discrimination, a expliqué la commissaire en chef de la CODP, Barbara Hall. En marquant cet anniversaire, elles célèbrent toutes le rôle important qu’elles ont joué tout au long de ce parcours historique. »

Nous avons donc été des pionniers à Toronto. Vous savez, nous avons exercé des pressions auprès du gouvernement provincial qui a ensuite fait de même auprès du gouvernement fédéral. Et à un niveau inférieur, nous avons réussi à influencer la façon dont nous prenons soin des personnes âgées dans notre communauté, à faire en sorte qu’elles n’aient pas à se cacher de nouveau lorsqu’elles ont besoin d’aide ou qu’elles cherchent un logement. Elles sont en sécurité et pleines de vitalité.

- Kyle Rae, partenaire, PQR Solutions
Des pionniers dans le secteur des soins de longue durée

Book Prev / Next Navigation