Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

L’incident du Komagata Maru : une enfreinte aux droits de la personne

Page controls

Page content

Par Kevin Nguyen

Le S.S. Komagata Maru est un navire qui se rendit de Hong Kong à Vancouver en 1914, ayant à son bord des migrants économiques qui n’aimaient pas leurs conditions de vie en Inde. Le gouvernement canadien les empêcha de débarquer à Vancouver, ce qui donna lieu à l’incident du Komagata Maru. Le refus d’accueillir le Komagata Maru et de laisser descendre ses passagers découlait d’une loi d’exclusion promulguée par le Canada pour refuser l’entrée aux immigrants asiatiques. L’Asian Exclusion Act affirmait qu’un navire souhaitant accoster au Canada devait être parvenu au pays par voie directe. Cela signifiait que pour entrer au Canada un navire ne pouvait faire un détour, ce qui aurait été presque impossible pour le Komagata Maru. L’incident se prolongea et le navire resta en rade pendant deux mois, n’ayant nulle part où aller. Lorsqu’il fut renvoyé en Inde, les passagers eurent une terrible surprise et au moins trois droits de la personne furent enfreints.

Lorsque le Komagata Maru fut frappé d’interdiction d’entrée à Vancouver, les passagers n’avaient nulle part où aller, car ils ne voulaient pas retourner dans leur pays. Ils décidèrent donc de rester dans le port jusqu’à ce qu’ils soient autorisés à entrer au pays. Le Komagata Maru resta en rade de Vancouver pendant deux mois; arrivé le 23 mai, il fut forcé de partir en juillet. Pendant ce temps, les passagers furent privés d’eau et de nourriture, mais des immigrants asiatiques sympathisants arrivés avant la promulgation de l’Exclusion Act donnèrent aux passagers de l’eau et de la nourriture. Comme le navire n’était pas parvenu à Vancouver par voie directe, les passagers ne furent pas autorisés à entrer au pays. Le 23 juillet, le gouvernement canadien envoya deux navires, dont l’un était le croiseur HMCS Rainbow, pour escorter le navire au large du territoire canadien.

Lorsque le Komagata Maru arriva à Calcutta, en Inde pour laisser débarquer les passagers, il fut arrêté par une canonnière britannique. Le navire fut ensuite amené à un endroit appelé Budge Budge à Calcutta où l’on tenta d’arrêter une vingtaine d’hommes considérés comme les dirigeants. Quand ceux‑ci tentèrent de résister à l’arrestation, les occupants de la canonnière britannique ouvrirent le feu et au moins 19 passagers furent tués. Certains s’échappèrent tandis que les autres furent arrêtés et emprisonnés dans leur village pendant la durée de la Deuxième Guerre mondiale.

L’incident du Komagata Maru a enfreint au moins trois droits de la personne, bien que la Déclaration universelle des droits de l’homme ne soit entrée en vigueur qu’en décembre 1948. Je crois que les articles trois, neuf et treize de la Déclaration furent violés durant cet incident. L’article 3 affirme que « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ». Il a été enfreint lorsque 19 personnes ont été tuées durant la fusillade. L’article 9 énonce que « Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé ». Il a été enfreint lorsque la canonnière britannique a tenté d’arrêter les 20 hommes considérés comme les dirigeants. L’article 13, section 2 affirme que « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. » Il été violé quand la canonnière britannique a empêché les passagers de revenir dans leur pays.

L’incident du Komagata Maru est important, car il met en lumière l’attitude du Canada envers les immigrants asiatiques dans les années 1910. Il démontre qu’à cette époque le Canada n’appréciait pas les immigrants asiatiques; en effet, si tel n’avait pas été le cas, il n’aurait pas promulgué l’Asian Exclusion Act sachant que les personnes en provenance de l’Asie ne peuvent faire le voyage sans escale. Outre le Canada, cet incident met en cause la Grande‑Bretagne. Les deux pays ont violé les droits des passagers, même si ces droits n’avaient pas encore été officiellement reconnus par des statuts internationaux comme la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Kevin Nguyen étudie au Parkdale Collegiate Institute.