Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Une entente en matière de droits de la personne permet aux clients sourds et malentendants de bénéficier d'alarmes incendie visuelles dans les hôtels

Page controls

Janvier 30, 2008

Page content

Pour publication immédiate

TorontoLa Commission des droits de la personne de l’Ontario en est arrivée à un règlement entre le Days Hotel and Conference Centre, Toronto Airport East, et sa cliente Barbara Dodd. À la suite de ce règlement, l’hôtel adoptera de nouvelles pratiques de sécurité incendie, ce qui servira d’exemple positif relativement au recours à des alarmes incendie visuelles à lampes stroboscopiques pour les personnes sourdes, devenues sourdes et malentendantes dans les locaux d’hébergement de l’Ontario à titre de pratique importante à observer par l’industrie hôtelière partout dans la province.

Mme Dodd, qui est sourde, a séjourné au Days Hotel à l’occasion d’un événement spécial. Tôt le matin, l’alarme incendie s’est déclenchée, et ce, à son insu et à l’insu d’autres clients sourds. Même s’il s’agissait d’une fausse alerte, l’hôtel, comme plusieurs autres établissements hôteliers, ne disposait pas d’un système d’alarme visuel pour alerter ses clients sourds en cas d’incendie.

L’entente prévoit l’installation d’un système d’alarme incendie à lampes stroboscopiques dans des lieux choisis de l’hôtel, y compris dans le lobby, dans le restaurant, à la piscine, à la salle de bal, dans les toilettes publiques et dans quatre chambres choisies. Les chambres munies de dispositifs d’alarme visuels seront réservées aux personnes qui se reconnaissent en tant que sourdes ou malentendantes jusqu’à ce que toutes les autres chambres soient occupées.

En outre, l’hôtel élaborera et mettra en oeuvre des politiques et procédures en vue d’héberger en toute sécurité les visiteurs atteints d’un handicap auditif, et ce, en consultation avec la Commission, Mme Dodd et des conseillers experts.

« Ce règlement est avantageux pour tous les intervenants concernés, a affirmé Barbara Hall, commissaire en chef de la Commission des droits de la personne de l’Ontario. Lorsque les travaux de rattrapage seront terminés, le Days Hotel and Conference Centre pourra, dans sa publicité, se présenter comme une destination accessible aux personnes sourdes, devenues sourdes ou malentendantes. »

« Les incendies peuvent mettre des vies en danger. Les dispositifs d’alerte visuels et autres sont une nécessité pour plusieurs personnes et ne devraient pas être considérés comme facultatifs, a ajouté la commissaire. Pour assurer la sécurité et l’accessibilité de tous, tous les hôtels de l’Ontario devraient sans tarder suivre cet exemple. »

Les associations de l’industrie sont satisfaites du règlement, dans le cadre duquel on prévoit de les soutenir dans leurs efforts en vue d’indiquer la voie à suivre et de fournir des ressources à leurs membres afin qu’ils se conforment aux exigences d’accessibilité. Terry Mundell, président de la Greater Toronto Hotel Association, souligne à cet égard la nouvelle Hospitality Accessibility Checklist, affichée sur le site Web de son association, au www.gtha.com, ainsi qu’une liste complète de ressources, de fournisseurs et de produits destinés à faire en sorte que les établissements hôteliers fournissent des services sécuritaires aux personnes handicapées. La liste de vérification a été mise au point dans le cadre du programme InterActions pour le changement de la Direction générale de l’accessibilité du ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario.

« Nous prenons très au sérieux la question de l’accessibilité et nous continuerons de fournir des outils comme la liste de vérification pour aider notre industrie à accroître la sécurité et l’accessibilité des hôtels pour le bénéfice de tous les Ontariens, a expliqué M. Mundell. Nous encourageons nos membres à investir dans un certain nombre de mesures importantes afin de répondre aux besoins des personnes handicapées dans les plus brefs délais possible. La sécurité incendie revêt d’ailleurs pour eux une importance capitale. »

Rob Evans, président de la Ontario Restaurant, Hotel and Motel Association, a pour sa part affirmé : « Nous communiquerons l’entente avec la Commission à nos membres dans le but de les encourager à implanter des mesures semblables dans leurs établissements. » Il a en outre ajouté : « Pour avoir participé à l’élaboration de la Hospitality Accessibility Checklist, qui est mise en évidence sur notre site Web, au www.orhma.com, je peux affirmer que l’accommodement des personnes ayant des besoins particuliers, comme celles atteintes d’un handicap auditif, est un enjeu prioritaire de notre industrie. Cela est non seulement sensé au plan commercial, mais permet aussi d’assurer un séjour amélioré, sécuritaire et confortable à nos clients ayant des besoins particuliers. »

Nous vous invitons à consulter la Fiche de renseignements pour plus de précisions. Pour plus d’information, veuillez consulter la Politique et les directives concernant le handicap et l’obligation d’accommodement et d’autres ressources au www.ohrc.on.ca ou communiquer avec :

- 30 -

François Larsen

Jeff Poirier
Analyste principal de politiques
Direction des politiques, de la surveillance, de la sensibilisation et de la liaison
Commission ontarienne des droits de la personne
jeff.poirier@ohrc.on.ca
(416)314-4539