Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Les médecins ne doivent pas faire de discrimination

Page controls

Septembre 6, 2008

Page content

Lettre au National Post publiée le samedi 6 septembre 2008.

Objet: A Handmaid's Tale, Lorne Gunter, 2 septembre; Doctors, Dignity And HRCs, lettre du 3 septembre.

Le rôle de la Commission ontarienne des droits de la personne est de parler de questions susceptibles de causer de la discrimination. Nous savons, par des plaintes et des comptes rendus de médias, que des personnes se voient refuser des services de santé publique en raison de leur race, de leur croyance, de leur âge, de leur sexe, de leur orientation sexuelle et d’autres motifs interdits par le Code des droits de la personne de l’Ontario. C’est la raison pour laquelle nous sommes ravis que l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario ait rédigé une politique anti-discriminatoire à l’intention de ses membres.

Je suis d’accord avec les exemples que la Dre Susan Piccinin cite dans sa lettre au rédacteur en chef pour illustrer les situations délicates qu’elle doit gérer. Comme d’autres professionnels, les médecins ont le droit de prendre des décisions au sujet des services qu’ils offrent, selon leurs compétences cliniques. Par ailleurs, les médecins, au même titre que les patients, ont le droit d’accommoder leurs croyances religieuses le mieux possible. Dans certains cas, comme une clinique médicale, il peut être acceptable de renvoyer un patient à un autre professionnel qui pourra l’aider. Toutefois, les patients ne devraient pas avoir à faire le tour du marché pour trouver un professionnel qui accepterait de leur dispenser un traitement médical qui leur a été refusé pour des raisons discriminatoires et non cliniques.

Barbara Hall
Commissaire en chef
Commission ontarienne des droits de la personne