Language selector

Social Media Links FR


Facebook CODP Twitter CODP

Déclaration de la Commission ontarienne des droits de la personne sur la récente attaque perpétrée contre le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ)

Page controls

Février 15, 2017

Page content

Au-delà du remords : agir

Deux semaines se sont écoulées depuis la tragique attaque perpétrée contre une mosquée de la Ville de Québec. Dans tout le Canada, de nombreuses personnes et organisations ont exprimé, comme il se doit, leur indignation, leur chagrin et leur soutien à nos voisins musulmans. Mais nous devons faire plus et c'est le moment d'agir. Prendre des mesures durables est le meilleur moyen de se souvenir des victimes et de leur rendre hommage.

Nous devons d'abord reconnaître que l'islamophobie est une réalité incrustée dans le tissu sociétal, y compris ici en Ontario. Nous en entendons parler sur toutes les ondes, dans les sections commentaires des journaux grand public ou encore sur les médias sociaux. Le Canada n'est pas épargné par l'expression absurde et constante de l'intolérance et de la violence raciales.

Nous devons également admettre qu'en tant que société, nous avons échoué à nous attaquer au racisme et à l'islamophobie et que nous n'avons pas traité ces questions avec l'urgence requise. Cela signifie discuter des nombreuses contributions apportées chaque jour par les Canadiennes et Canadiens musulmans dans tout l'Ontario plutôt que de centrer le débat sur les vêtements religieux. Nous devons continuer à contrer les peurs qui nous paralysent en promouvant les valeurs humaines intrinsèques d'égalité, de solidarité et de démocratie, qui sont les pierres angulaires de notre pays, ainsi qu’à sensibiliser la population à ces valeurs.

Au lendemain de cette tragédie, c'est également l'occasion pour les gouvernements et les collectivités, ainsi que pour chacune et chacun d’entre nous, de nous demander à nouveau ce que nous pouvons faire, ce que nous devons faire, pour éliminer l'islamophobie. Quand nous assistons à des actes islamophobes, nous portons toutes et tous la responsabilité de les dénoncer et de collaborer pour trouver des solutions – ou nous pouvons toutes et tous être tenus responsables lorsque notre silence engendre plus de souffrance, de discrimination et de violence.

Nous pouvons, par exemple, demander à quelqu'un d'arrêter de raconter une blague raciste. Nous pouvons aussi engager la discussion avec une personne victime de harcèlement à cause de ses vêtements religieux. Nous pouvons encore consulter des sites Web comme fr.breakthebehaviour.ca pour apprendre comment combattre l'islamophobie et le racisme. Il incombe à chacune et chacun d’entre nous de prendre ces petites mesures et nous devons nous rassembler pour prendre les grandes mesures nécessaires à la construction de la société telle qu'elle est envisagée dans le Code des droits de la personne de l'Ontario.

Saisissons toutes et tous ce moment pour prendre les mesures qui s’imposent. Agissons pour que les musulmans soient réellement acceptés et valorisés comme des membres à part entière de toute collectivité. C'est le genre de valeur canadienne qui mérite d'être défendue.

Renu Mandhane, B.A., J.D., LL.M
Commissaire en chef
Commission ontarienne des droits de la personne